Le tapir par Pat

Publié le par Patrice René

Longueur: jusqu'à 2 m
Hauteur: 1,57 m
Queue: de 5 cm à 10 cm
Poids: entre 250 kg et 300 kg
Longévité: de 30 à 35 ans
 
Il existe 4 sortes de tapir: le tapir terrestre, le tapir des Andes, le tapir de Baird et le tapir à chabraque (ou tapir de Malaisie).
Cette dernière est la seule vivant en Asie, les 3 premières sont des espèces qu'on retrouve en Amérique.
 
Les photos de cet article sont des photos du tapir terrestre qu'on retrouve principalement au Brésil et sur tout le territoire de l'Amazonie où il habite les forêts tropicales humides.
C'est le plus gros des espèces de tapir, son poids peut atteindre 300 kg là où d'autres ne font que 180 kg en général.
 
La légende veut que le tapir ait été le dernier animal à voir le jour. Il aurait été créé par erreur par la main de Dieu… en effet, une trompe qui ressemble à celle d'un éléphant, un corps de porc, des sabots de bœuf et des pattes de rhinocéros, il n'est pas étonnant de penser que Dieu l'avait créé par erreur.
D'un point de vue plus sérieux, Linné en le découvrant au 18ème siècle crut qu'il s'agissait d'une forme terrestre de l'hippopotame et le baptisa donc dans un premier temps "Hippopotamus terrestris". Plus tard, il fut rebaptisé à partir du nom indien "tapyra".
 
 
Aujourd'hui, on sait que les premiers tapirs vivaient en Amérique du nord et plus précisément là où se trouve actuellement l'état de Floride d'où ils ont complètement disparu il y a 11.000 ans.
Leur disparition coïncide avec l'arrivée de l'homme, mais également à cause des changements climatiques importants que connaît cette période.
Ils migrent vers l'Asie puis vers l'Amérique du sud dès que se forme l'isthme de Panama (à la fin du Pliocène).
Son évolution jusqu'à notre époque a été donc très lente et il représente actuellement un modèle assez précieux car il ressemble beaucoup à l'ancêtre du cheval et est un descendant direct des plus anciens animaux préhistoriques.
 
Court sur pattes, il dispose de 4 doigts aux pattes avant et 3 doigts aux pattes arrières
Sa robe est de couleur brune foncée à roussâtre sur le dessus et plus claire dessous. Il possède une sorte de crinière étroite hérissée de soie.
 
Généralement solitaire, il arrive de rencontrer des petits groupes de 3 à 4 individus.
 
Animal herbivore, il se nourrit de plantes, d'herbes, de feuilles et de racines. Comme les humains, il se nourrit 3 fois par jour.
 
La présence d'eau est indispensable au tapir pour se rafraîchir, de se débarrasser des parasites ou pour fuir ses prédateurs; mais également pour son bon plaisir car si Linné se trompait en y voyant un ancêtre de l'hippopotame, il n'avait néanmoins pas tout à fait tort, le tapir raffole de l'eau.
 
Le tapir communique de différentes manières: il siffle pour manifester sa présence, sa peur ou rassurer le jeune; il claque de la langue pour annoncer son retour à son petit ; il ronfle en signe d'agression ou indique son humeur par le mouvement des oreilles ou des lèvres (un peu comme les chevaux).
 
Pouvant se reproduire toute l'année, le mâle doit néanmoins faire preuve de beaucoup d'attention, la femelle n'est en effet en chaleur que 2 jours tous les deux mois.
 
Après une gestation de 13 mois, elle donnera naissance un seul petit qui aura déjà un poids de 5 kg et dont la robe sera rayée comme celle d'un marcassin. Ce n'est que vers l'âge de 6 ou 8 mois qu'il obtiendra son pelage adulte après avoir connu plusieurs variations.
 
 
Le tapir a un odorat très développé – ce qui ne surprendra pas grand monde étant donné la longueur de son "museau" – mais sa vue est assez faible.
 
Cette espèce de tapir a comme prédateurs le jaguar - auquel il échappe parfois grâce à sa minuscule crinière, pensant l'attraper par le cou, le jaguar bien dépité voit souvent son déjeuner lui filer sous le nez - et l'homme pour son braconnage.
En effet sa viande est un mets très apprécié et on la retrouve au menu de restaurants traditionnels et touristiques en Guyane française; mais aussi son cuir qui sert à confectionner des rennes et des fouets!
 
La déforestation est aussi une des causes de sa disparition mais les autres espèces dont celle vivant en Asie notamment sont à ce point peu menacées qu'elles ne sont même pas protégées.
 
Malgré tout, certaines tribus amérindiennes comme les Jivaros ou les Bororos refusent d'y toucher, pour eux cet animal est sacré, ne le tuent jamais et le mangent encore moins.
 
On le dresse pour tirer des charrues mais il n'est pas rare non plus de le voir transformé en véritable animal de compagnie. Affectueux, docile et paisible, c'est un excellent compagnon pour les enfants qui adorent grimper sur son dos et envers lesquels il ne fera jamais preuve de violence.

Publié dans Les mammiferes

Commenter cet article

Martine, la pÚlerine 09/10/2005 23:30

Effectivement j'ai vu un tapir apprivoisé en Guyane, qui suivait sa maîtresse comme un chien...

chris 04/10/2005 07:59

Un petit animal bien sympathique. Amitiés. Chris

simone 03/10/2005 20:28

belle photo...bizzz..