Précieux moments par Astrid

Publié le par Astrid Lafalize

Me revoici pour vous parler de mes petits amis les lémuriens...
 
Je vais m'attarder tout particulier sur les maki vari.
 
Si je suis tombée totalement amoureuse de ces petites créatures il y a plusieurs années, les seuls que j'aie pu réellement approcher et toucher, ce sont les maki catta et les maki vari... ceux que je connais donc le mieux c'est pour cette raison que je me permets de vous assommer à leur sujet!
 

Image Hosted by ImageShack.us

 
S'il y a bien un parc animalier que je vous recommande de visiter si vous passez un jour par la Belgique, c'est le parc Paradisio. Je vous rassure tout de suite, il ne s'agit ici que d'une "propagande" à titre tout à fait personnel, je n'y ai aucune action, aucun membre de ma famille ou de mon entourage n'y travaille.
Simplement ce parc (à l'origine réserve d'oiseaux) s'est donné pour mission de permettre aux humains d'approcher le monde animal tout en respectant son espace, son environnement. Les seules cages qui existent dans ce parc sont réservées à certaines espèces d'oiseaux, rares pour la plupart autrement... toutes les autres espèces vivent dans une liberté quasi totale.
 
Pour vous dire d'ailleurs à quel point ils se sentent libres, et concernant mes petits maki vari... un de leur 4 pensionnaires s'est transformé en véritable fugueur, s'aventurant aussi bien dans les méandres du parc qu'à plus de 10 km à l'extérieur! Heureusement il a toujours été récupéré. 
 

Image Hosted by ImageShack.us

 
C'est donc depuis plusieurs années également que je hante littéralement l'île des lémuriens. Pourquoi suis-je attirée par ces animaux plus que par les autres? J'ai trouvé dans leur regard quelque chose de fascinant, de touchant, un monde inconnu mais qui m'a semblé si familier en même temps. Sans doute, comme je le disais dans un précédent article, parce que ces animaux sont le lien le plus ancien que nous ayons avec notre propre histoire. Que nous le voulions ou non, nous sommes de la même famille, ce sont nos ancêtres. Certes on ne retrouve plus trop dans leur petit minois un air de ressemblance avec une de nos grandes tantes ou arrière arrière grand père! Je pense malgré tout qu'à défaut d'une certaine reconnaissance, ils peuvent au moins nous inspirer un certain respect.
 
Si vous avez la chance d'en croiser un jour, admirez leurs "mains", leurs "pieds". S'il y a bien deux "détails" qui ont pu traverser tous ces millénaires d'existence jusqu'à nous... ce sont ceux là. Car leurs mains et leurs pieds, ce sont les nôtres! 5 doigts articulés dont un pouce, des ongles et non pas des griffes.

Image Hosted by ImageShack.us

 
La soigneuse attitrée des lémuriens met en garde chaque visiteur. Ces lémuriens sont habitués aux hommes mais il ne faut pas perdre de vue qu'ils ont gardé leur instinct sauvage et qu'ils peuvent mordre s'ils se sentent menacés.
La première chose que j'ai faite lorsque je les ai rencontrés pour la première fois, c'est de me frotter les mains au sol pour m'imprégner d'une odeur connue à leur odorat et chasser toutes celles suspectes qui pourraient les effrayer. Car mon but bien évidemment comme une gosse, c'était de les toucher, de leur parler... même si ce n'est pas recommandé. Ben oui on ne se refait pas! Ca a payé. Je n'en abuse pas pour autant. J'y vais doucement, à petit pas, je m'assied à proximité et je les mitraille avec mon appareil, je les laisse venir à moi ou je me relève pour aller à eux. Je connais les heures où les passages de visiteurs sont moins fréquents.
 
Speedy l'ado de la bande sautille de tous les côtés, agrippe mon sac pour y chercher un objet, une odeur nouvelle, quelque chose qui va sustenter sa curiosité légendaire.
 
Roué le plus calme, le plus âgé, le "sage" qui pose sur vous un regard d'une telle profondeur et d'une telle douceur malgré sa cataracte qui lui ronge la vue et qui ronronnerait presque de plaisir chaque fois qu'on lui gratouille le "bide".

Image Hosted by ImageShack.us

 
Et les deux autres que je n'arriverai jamais à reconnaître physiquement par rapport aux deux premiers. Chacun a son caractère, sa façon d'accueillir les visiteurs, de les estimer, de se laisser parler et approcher.
 
Malgré mes fréquentes visites, ils m'épatent à chaque fois. Un jour, j'ai eu envie de faire découvrir mes petits copains à mon amie Kiki, une parisienne.
 
Je l'ai donc emmenée à la découverte de leur petit monde. Cela s'est passé en avril de cette année et je pense qu'elle en garde un souvenir comme si c'était hier. Moi aussi d'ailleurs parce qu'elle a produit chez eux un élan que je ne leur connaissais pas.
 
Nous sommes arrivées dès l'ouverture du parc, à l'heure où les lémuriens s'éveillent, quelques heures à peine après le lever du soleil et de la nature, quand tout est calme, quand la soigneuse a un mot tendre pour chacun.
Elle m'a reconnue c'est sûr, elle se doute aussi que je vais une fois de plus enfreindre le règlement et ses mises en garde mais elle nous laisse la place.
Nous prenons place justement derrière la petite maison qui sert de dortoir à nos lémuriens. Ils nous suivent et s'installent au dessus du grillage qui recouvre la "cour" de leur maison.
Le même rituel s'installe, l'observation d'un côté comme de l'autre, puis l'indifférence des uns, la confiance des autres, chacun retrouve sa place.
 
Alors que nous avions sorti les objectifs, les cartes mémoires etc... voilà que tout à coup, un vari qui posait pour le plus grand plaisir de kiki, a saisi son doigt avec sa patte arrière.
  

Image Hosted by ImageShack.us

Aucune agressivité, aucun geste brusque de part et d'autre, c'était la "pulsion" du vari, une façon de dire "bienvenue Kiki, tu veux bien être mon amie?" et copain vari ne lâcha plus Kiki... pendant les 10 bonnes minutes qui ont suivi.
C'était un long moment... de grâce tout simplement. De belle communion entre l'homme et l'animal, de respect et de confiance mutuels.
 

Image Hosted by ImageShack.us

 
Aucune de nous n'a prononcé un mot, j'ai pris la photo alors que cela faisait déjà quelques minutes qu'il avait pris son doigt dans sa patte. Aussi "bête" que cela puisse paraître j'étais émue aux larmes. Et je ne sais toujours pas lequel de Kiki ou de vari je dois remercier le plus de ce merveilleux moment.

Image Hosted by ImageShack.us

Publié dans Les primates

Commenter cet article

philippe 15/04/2006 12:00

belle emotion si bien retranscrite!
c est un plaisir de parcourir tous ces articles impregnes d innombrables infos et de magnifiques photos

Vany 10/09/2005 14:02

Ohhhhh quel merveilleux reportage qui est rempli de tant d'émotions et de souvenirs. J'imagine déjà Kiki derrière le PC se souvenir de ce formidable moment partagé avec le Trésor.
Si ça c'est pas de la confiance en soi, en l'homme et en la douceur de Kiki, qu'est ce que c'est ;)
à quand la prochaine visite ???
Prochaine visite? Ben pourquoi pas avec toi mon poussin? et ta petite famille ;-)
 

cleomede 17/08/2005 20:39

Je suis éblouie, je ne sais plus quoi dire. J'espère qu'avec les liens que j'ai mis d'autres bloggeurs vont vous découvrir, vous le méritez vraiment
Bisous à tous les 2

René Patrice 16/08/2005 22:42

Cela ne pouvait pas se passer autrement avec une aussi grande amoureuse des animaux.Il était normal qu'ils lui rendent la pareille.

Anthea 16/08/2005 20:25

Ils ont senti instinctivement qu'ils ne risquaient rien...Je pense...! Trés belles photo, qui parlent d'elles mêmes..!