L'abbaye du Thoronet par Pat

Publié le par Patrice René

 
Grandeur et recueillement
 
Abbaye du Thoronet
 
Avec ses « sœurs », Silvacane et Sénanque, l’Abbaye du Thoronet est l’une des trois merveilles cisterciennes de Provence. C’est en 1136 qu’un groupe de moines quitte l’abbaye de Mazan en Ardèche pour fonder un monastère sur les terres de Tourtour.
 
Environ quinze ans plus tard, comme ce  fut souvent le cas pour les abbaye cisterciennes, les moines abandonnent leurs bâtiments provisoires, et se transportent à une vingtaine de kilomètre de leur emplacement premier, près de Lorgues, en un lieu boisé entre un coude d’une petite rivière et une source.
 
Abbaye du Thoronet
 
Les travaux d’édification de l’abbaye Notre-Dame-du-Thoronet débutent en 1160, s’achèvent pour l’essentiel en 1175, et se prolongent jusqu’un 1190..Au début du XIII siècles, le monastère abrite une vingtaine de moines et quelques convers.
 
Moins de deux siècles plus tard, le déclin de l’abbaye est déjà entamé. En 1699, le prieur fait état de « la grande nécessité que les batismans de cette abbaye ont d’être réparés, estans iceux en  piteux état ». En 1699, on signale fissures et effondrement des toitures, portes rompues et fenêtre délabrées….En 1790, sept moines âgés y résident encore.
 
La disparition de l’abbaye menace lorsque la découvrant, Prosper Mérimée la sauve en la signalant à Revoil, architecte des monuments historiques. Dés 1873, ce dernier s’attache à la restaurer. Cette restauration est reprise par son successeur Formigé, et se poursuit depuis lors.
 
Tout les matins, les moines se réunissent dans la salle capitulaire (relatif aux assemblées d’un chapitre religieux réunis pour délibérer de leurs affaires) pour lire un chapitre de saint Benoît  et traiter des questions  de la vie communautaire. C’est également la qu’on élisait le père abbé. Seul pièces non dévolue à la prière, l’architecture y est déjà influencée par le gothique : voûtes d’ogives reposant sur deux colonnes aux chapiteaux décorés de feuilles d’eau, de pommes de pin, de palmiers et d’une main tenant une crosse.
 
abbaye du Thoronet
 
La forme trapézoïdale du cloître et son importante dénivellation ont été rendues nécessaires par la configuration du terrain. Celui du Thoronet, placé exceptionnellement au nord de l’église, est l’un des plus dépouillés.
 
Abbaye du Thoronet
 
Par l’épaisseur de ses murs percés en plein cintre où s’inscrivent des arcades géminées, par le simple oculus qui ajoure leur tympan, par ses chapiteaux  dont aucun ornement ne vient rompre la ligne, par les proportions qui la règlent et la puissance de ses volumes, c’est un lieu fait naturellement pour la méditation. La seule ouverture de cet espace libère le regard vers le ciel.
 
Abbaye du Thoronet
 
Fontaine nécessaire à la consommation d’eau et aux ablutions des moines, le lavabos se trouve, comme c’est la coutume, face à la porte du réfectoire dans un pavillon hexagonal, voûté d’une coupole aux arêtes cachées par six branches d’ogives carrées. En son centre, une vasque supérieur creusée de seize lobes d’où s’écoule l’eau dans le bassin inférieur de plus grand diamètre.
 
 
Abbaye du Thoronet
 
Abbaye du Thoronet
 
Dans le cellier, les moines fabriquaient le vin et l’huile d’olive, principale ressources de l’abbaye. Dans la pièces, ont peut voir des cuves à vins du XVIII , un pressoir a huile mû par un système à vis comme le grand pressoir central. Le cellier est recouvert d’une belle voûte en berceau brisé, percée de cheminées de ventilation nécessaire pour éviter l’accumulation des vapeurs d’alcool.
 
Abbaye du Thoronet
 
La première impression donnée par l’abbaye du Thoronet est celle d’une simplicité puissante dans sa sobriété. L’équilibre des masses , la justesse des proportions, la perfection de l’implantation témoignent de l’humilité de l’homme devant son créateur.
 
La tradition cistercienne proscrivait l’édification de clocher, assimilable au donjon et non nécessaire puisque l’abbaye n’appelait pas de fidèles à l’office .Pourtant quelques exceptions furent tolérées. Ce fut le cas pour le Thoronet. 
 
Source monument nationaux
Photos : Patrice René (D'autres photos dans l'album de Pat) 
 
 
 

Publié dans Paysages et Monuments

Commenter cet article

patrick 14/09/2005 05:27

Superbe sujet bien mené une vrai balade virtuelle

Martine Réau-Gensollen 05/08/2005 23:19

J'ai parcouru plus de 1000 km à pieds sur le chemin de st jacques de compostelle... et ces superbes images me rappellent les dizaines de batiments religieux qui jalonnent le chemin antique et qui tous, représentent comme cette abbaye, des constructions qui ont été édifiées par la force de la foi (moi qui ne suis pas praticante cela m'a toujours malgré tout beaucoup émue...) et qui lorsqu'on les visite nous "imprègnent" de sérénité....
amicalement,
Martine, la Pèlerine

Chris 02/08/2005 21:01

toujours de superbes photos qui donnent envie de peindre.