Le faisan doré par Pat

Publié le par Patrice René

Taille: de 1m à 1,15 m
Queue: de 34 cm à 79 cm
Poids: entre 550 gr et 875 gr
Longévité: environ 5 ans mais certains individus ont pu atteindre l'âge canonique de 13 ans.
 
 
Le mâle, facilement reconnaissable grâce à son plumage haut en couleurs qu'il acquiert dès l'âge de 2 ans – comme souvent chez les oiseaux, la femelle a plumage plus terne – porte une longue huppe dorée qui retombe sur la nuque et qui lui donne ce nom de "doré".
 
C'est un oiseau originaire de Chine et vivant jusqu'à plus de 2.000 m d'altitude.
Il peuple les massifs de bambous situés au pied des collines rocailleuses et qui constituent un excellent abri en cas de danger.
 
En Grande-Bretagne, où l'importation de quelques oiseaux au 18ème siècle a donné lieu à un grand développement de leur espèce, on retrouve les faisans dorés dans les forêts et les plantations de pins d'Ecosse ou de mélèzes.
 
Capable de voler, il préfère cependant courir et rester au sol.
 
En Chine, il se nourrit de feuilles et de jeunes pousses d'arbrisseaux, en particulier de bambous ainsi que de fleurs de rhododendrons, de petits insectes et d'araignées.
En Grande-Bretagne, il a adapté son régime alimentaire au climat et à la végétation environnante, complétant son menu avec des baies ou des graines.
 
Vivant toute l'année sur le même territoire, ces oiseaux ne migrent pas. Toutefois, la population vivant assez haut en altitude redescend en hiver pour se nourrir.
 
C'est un oiseau solitaire et le mâle a tendance à vivre la majeure partie de l'année isolé du groupe que constituent les femelles.
Cependant, dès le printemps, il chante avec vigueur pour attirer une femelle sur son territoire.
Si celle-ci lui répond, il va alors entamer la danse nuptiale: il hérisse les plumes de sa tête qu'il tend le plus possible vers la femelle, exhibant ainsi sa collerette. En même temps, il abaisse un aie pour faire mine de s'incliner devant sa belle tout en émettant des sifflements assez forts et … ressemblant au bruit d'un pneu crevé!
 
Ensuite ils construiront ensemble le nid. Dans la nature, on connaît assez mal leur façon de procéder - ils sont en effet très craintifs - mais on retrouve bien souvent des nids bâtis à même le sol au cœur d'un bouquet de bambous.
En captivité, le couple choisira une végétation plutôt dense, toujours à même le sol mais mieux dissimulé.
 
La femelle y déposera entre 5 et 12 œufs.
 
Après s'être assuré de la sécurité relative de celle-ci, le mâle retournera vers une autre belle à séduire; il se constitue effectivement un véritable harem de 8 femelles environ.
 
Les oisillons verront le jour après avoir été couvés pendant 22 jours. La femelle ne pourra donc compter que sur elle-même pour se nourrir pendant cette période tout en étant à l'affût du moindre danger en comptant sur son plumage camouflé pour échapper aux prédateurs.
 
Ils seront capables de voler au bout de 15 jours mais resteront auprès de leur mère jusqu'à l'âge adulte: environ 4 mois.
 
Inspirant les artistes de toute époque depuis l'antiquité, on retrouve le faisan doré comme sujet principal de peinture sur soie, sur porcelaine, dans certains tableaux ou tapisseries (qu'il soit doré ou commun) mais j'ai également retrouvé ce petit poème de Auguste Angellier que je voulais vous faire partager:
 
Le faisan doré
Quand le Faisan doré courtise sa femelle,
Et fait, pour l'éblouir, la roue, il étincelle
De feux plus chatoyants qu'un oiseau de vitrail.
Dressant sa huppe d'or, hérissant son camail
Couleur d'aube et zébré de rayures d'ébène,
Gonflant suri plastron rouge ardent, il se promène,
Chaque aile soulevée, en hautaines allures ;
Son plumage s'emplit de lueurs, les marbrures
De son col vert bronzé, l'ourlet d'or de ses pennes,
L'incarnat de son dos, les splendeurs incertaines
De sa queue où des grains serrés de vermillon
Sont alternés avec des traits noirs sur un fond
De riche, somptueuse et lucide améthyste,
Tout s'allume, tout luit...

... Et, sur ces yeux muants de claires pierreries
S'unissant, se brisant en des joailleries
Que sertissent le bronze et l'acier, et l'argent,
Court encore un frisson d'or mobile et changeant,
Qui naît, s'étale, fuit, se rétrécit, tressaille,
Éclate, glisse, meurt, coule, ondule, s'écaille,
S'écarte en lacis d'or, en plaques d'or s'éploie,
Palpite, s'alanguit, se disperse, poudroie,
Et d'un insaisissable et féerique réseau
Enveloppe le corps enflammé de l'oiseau.

Publié dans Les oiseaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine, la pÚlerine 12/02/2006 22:03

les photos, comme d'habitude sont superbes, mais ce soir c'est le poème que j'ai remarqué...
... et qui m'a touchée... très beau, ciselé comme un bijou et tellement "parlant" que même sans la photo, on verrait l'oiseau...
Bravo !!! amitiés, Martine

Nathalie 28/01/2006 18:54

quelles couleurs magnifiques possèdent cet oiseau! Bravo pour ces jolies photos!

Astrid 28/01/2006 11:15

Je suis toujours fascinée par les couleurs que tous ces oiseaux peuvent arborer!Il a du panache ce faisan! Et tes photos sont superbes comme toujours.Ceci dit, maintenant quand j'entendrai un pneu crevé, je penserai au faisan doré lol

Céline 27/01/2006 09:37

Jolies photos, j'adore comme d'habitude ;)
Bonne journée et bon week, moi je ne serai pas là comme tous les week.
Biz Céline.